Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-Loup
  • : Engagé, depuis plusieurs décennies dans une démarche visant à lutter contre tous les processus d'exclusion, de discrimination et de ségrégation socio-urbaine, je suis persuadé que si nous voulons « construire » une société reposant sur un véritable Vivre Ensemble. Il nous faut savoir, donner du sens au sens, prendre le temps de la concertation et faire des propositions en adéquation avec les besoins de nos concitoyens.
  • Contact

Recherche

2 mars 2018 5 02 /03 /mars /2018 16:47

Il est des associations qui méritent d'être  soutenues.

L'association l'Un et l'Autre en fait partie en lisant le communiqué de presse ci-dessous vous comprendrez pourquoi. 

Force est de constater, que nous nous devons d'être, de plus en plus,  vigilant et soutenir tous les bénévoles qui quotidiennement lutte contre l'exclusion. 

Jean-Loup Dujardin 

 

 

 

Communiqué de Presse

du jeudi 1 mars 2018

Pour un appel à l’aide d’urgence !

AURORE C’EST L’HORREUR !

Après s’être fait confié la gestion du site de Saint-Vincent de Paul par la Mairie de Paris après le départ de l’AP-HP fin 2014, l’association Aurore s’est présentée comme « opérateur de confiance » auprès des +260 associations accueillies progressivement de 2015 à 2017 sur le site devenu « les Grands Voisins ». Sauf que si le programme des travaux envisagé par Paris-Batignolles Aménagement était prévu pour démarrer en juillet 2018, ce n’est que fin juin 2017 que le compte à rebours est passé soudainement de 12 mois à 6 mois !

Quand on a un espace cuisine de 240 m² avec un espace de stockage des denrées alimentaires dont une chambre sèche, une froide et une négative, pour préparer, 3 fois par semaine tout au long de l’année, plus les jours fériés, +750 repas, soit + 106 000 repas servit en 2017, un espace identique à louer ne se trouve pas en claquant les doigts, surtout quand on est bien seul pour chercher. Et c’est d’autant plus compliqué à trouver quand on doit être proche d’une station de métro pour s’assurer d’avoir des bénévoles et des probationnaires.

Malgré tout, le 5 janvier dernier le maire d’une commune proche du périphérique et président du Forum métropolitain du Grand Paris nous offre spontanément et sans condition l’opportunité de nous accueillir dans un local de 172 m² disponible dans le parc immobilier de son OPHLa Mairie de Paris nous confirme son soutien dans les semaines suivantes pour les 120 000 € de travaux d’aménagement. Reste la confirmation imminente du soutien de notre banque pour assurer la trésorerie, le temps que la subvention des travaux soit versée en juillet prochain. Nous devrions donc pouvoir emménager fin mars - tout début avril grand maximum.

Pendant ce temps, Aurore commence à nous mettre une grosse pression pour que nous libérions les locaux. Non pas parce que notre bâtiment va être démoli et que l’on retarderait l’agenda de l’aménageur, et donc générant des pénalités, pas du tout ! C’est parce qu’Aurore et Yes We Camp veulent le transformer pour faire leurs affaires ! Étant donné les millions de subventions que collecte Aurore en claquant des doigts chaque année, son compte d’exploitation ne peut supporter un retard de quelques semaines dans sa production de marge bénéficiaire dans le domaine de l’aide alimentaire, qu’il facture, lui ! Pour faire de notre cuisine un restaurant, les travaux sont quand même de +150 000 €.

 

Donc après nous avoir menacé de différentes manières tout au long du mois de janvier, nous avons dû déménager fin janvier, le couteau sous la gorge et sans aucun bail, dans un espace bureau, toujours sur le site des « Grands Voisins » devenu les « Greniers Malsains ». Mais quand vous branchez la 3e plaque chauffante, les plombs sautent. Donc au lieu de commencer à préparer les repas dès 8h du matin en cuisine, nous devons commencer à faire la cuisine dans ces « bureaux » dès 5h, trois matins par semaine, pour nourrir nos +750 hôtes par service avec un repas chaud, indispensable par ces températures proches de 0 degré depuis trop longtemps pour ceux qui vivent dans la rue.

Et le 27 février, nous sommes informés verbalement en fin de matinée sur le perron que nous avons 48h pour évacuer ce local car des travaux vont avoir lieu pour faire des douches ! ? ! ? ! Ce coup de poignard public est criminel, mais tout le monde s’en fou car nous sommes dans l’univers bienveillant et solidaire des associations humanitaires en pause hivernale !

Alors on fait quoi ? Devons-nous aller nous immoler sur les Champs Élysées pour défendre notre engagement bénévole pour continuer à servir les plus démunis, ce que nous faisons depuis 2003 ? Devons-nous aller porter plainte au commissariat pour « crime contre l’assistances à 106 000 personnes en danger ? » Doit-on se coucher devant ces dizaines de millions de subventions qui doivent être rentables à la semaine près ? Doit-on demander au GIGN de venir nous protéger contre l’absurdité, la suffisance et l’abus de pouvoir ?

Au nom des 106 000 hôtes nourris en 2017,

Au nom des +2 250 hôtes nourris chaque semaine :

À L’AIDE !

Tout appel téléphonique à qui de droit sera toujours ça de tenté

pour que la bêtise et l’argent ne gagnent pas un mois

face à l’aide humanitaire gratuite…

Jean-François HAREL

Président

 

www.lunestlautre.org

Partager cet article
Repost0
13 février 2018 2 13 /02 /février /2018 11:55
Depuis le 1er Février 2018, après 52 années de travail, voilà…  je suis à la retraite. Que dire… si ce n’est que faire part de mon étonnement, de mes interrogations  que ce soit pour le calcul du montant de la pension retraite, de la prise en compte des enfants, des taux des prélèvements, de la CSG, etc.

De fait, j’ai décidé de me pencher sérieusement sur le sujet de la Retraite. Et, figurez vous que cela tombe bien les travaux du Conseil d’Orientation des Retraites de ce mercredi qui portent sur la mise en place d’un système par points s’ouvrent sous de sombres auspices.

 

Le système français de retraites semble être à bout de souffle. Les polémiques qui surviennent sur l’ampleur des dégâts causés par la hausse de la CSG devraient être nourries par les prochains versements en début de mois de février. Elles illustrent la difficulté de réformer un système insoutenable, et incompris par ses bénéficiaires. Les travaux du Conseil d’Orientation des Retraites de ce mercredi sur la mise en place d’un système par points s’ouvrent donc sous de sombres auspices. Comme le montrent les chiffres de l’OCDE , l’espérance de vie n’a cessé d’augmenter depuis 1970. Cette année-là, un retraité français pouvait espérer vivre près de 17 ans (soit un peu moins qu’aux États-Unis et au Canada). En près de cinquante ans, l’espérance de vie à 65 ans en France a gagné pratiquement 7 ans, plaçant la France derrière le Japon, mais très loin devant les États-Unis.

On mesure immédiatement l’impact de ce progrès pour le système de retraites : avec une dépense mensuelle moyenne de près de 1.400 euros, le retraité français perçoit une rente majorée de près de 120.000 euros par rapport à 1970. Compte non tenu de la baisse démographique, cette évolution constitue donc un défi majeur pour le financement des retraites.

L’ÉVOLUTION DU SYSTÈME FRANÇAIS DE RETRAITES N’A PAS ÉTÉ EXPLIQUÉE AUX FRANÇAIS

Combien de retraités sont conscients de l’impact financier produit par l’augmentation de l’espérance de vie à 65 ans, obtenue souvent au prix d’une médicalisation forte et coûteuse ? Beaucoup de Français sont convaincus que les cotisations qu’ils ont versées durant leur carrière professionnelle ont servi à financer leur retraite d’aujourd’hui.

L’opacité du système de Sécurité sociale contribue largement à brouiller les pistes et à nourrir l’illusion que les cotisations d’antan financent la rente d’aujourd’hui. Bien évidemment, cette amnésie est commode, si l’on se souvient que, pour le seul régime général, les cotisations ont doublé depuis 1970.

Ce rappel n’inclut pas la création de la CSG, de la CRDS, la fiscalisation du FSV. Toutes ces contributions nouvelles, en hausse constante ces dernières années, renchérissent fortement le coût des retraites actuelles. Or, ceux qui bénéficient de ces retraites coûteuses ont moins cotisé à leur époque…

D’où l’idée fausse selon laquelle la hausse de la CSG contrarierait la solidarité intergénérationnelle. En réalité, elle compense une redistribution inégalitaire des richesses aujourd’hui. Mais la légende est tenace, et suscite d’importantes haines dans la population… des retraités.

MACRON PARVIENDRA-T-IL À RÉFORMER UN SYSTÈME À BOUT DE SOUFFLE ?

Face au krach annoncé d’un système épuisé par sa rigidité et ses règles de calcul trop favorables, Emmanuel Macron tente une immense tenaille pour transformer le dispositif français en système par points ou notionnel. L’enjeu est majeur… et compliqué, car on voit mal comment passer de manière fluide d’un système à l’autre. Il faut en effet expliquer aux actifs qui financent les retraites actuelles qu’ils ne bénéficieront pas du même dispositif…

Imaginer la transition d’un système à l’autre est précisément l’objet des cogitations du Conseil d’Orientation des Retraites de mercredi. Plusieurs scénarios doivent être examinés pour savoir comment passer de notre toxique retraite par répartition à rente connue à un système notionnel tel que l’a promis Emmanuel Macron durant sa campagne.

Depuis un système de double affiliation jusqu’aux affiliations cadencées dans le temps, le COR doit trouver la solution qui rassurera et qui sera praticable. L’enjeu consiste en particulier à reconstituer les droits acquis dans l’ancien système, pour éviter des cotisations inutiles…

Ce dossier technique et ingrat méritera d’être suivi de très près, dans la mesure où il augure d’une nouvelle structuration profonde de la solidarité en France. Rien n’exclut qu’il donne lieu à une véritable réforme…

Partager cet article
Repost0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 09:30

Ce matin une amie m’a envoyé (dans le cadre de mes recherches sur l’obscurantisme et la radicalisation) le texte de cette chanson…

Vous reconnaissez ???

Je suis sûr que vous en avez déjà rencontré !!!

L'opportuniste

Je suis pour le communisme

Je suis pour le socialisme

Et pour le capitalisme

Parce que je suis opportuniste

Il y en a qui contestent

Qui revendiquent et qui protestent

Moi je ne fais qu'un seul geste

Je retourne ma veste, je retourne ma veste

Toujours du bon côté

Je n'ai pas peur des profiteurs

Ni même des agitateurs

J'fais confiance aux électeurs

Et j'en profite pour faire mon beurre

Il y en a qui contestent

Qui revendiquent et qui protestent

Moi je ne fais qu'un seul geste

Je retourne ma veste, je retourne ma veste

Toujours du bon côté

Je suis de tous les partis

Je suis de toutes les patries

Je suis de toutes les coteries

Je suis le roi des convertis

Il y en a qui contestent

Qui revendiquent et qui protestent

Moi je ne fais qu'un seul geste

Je retourne ma veste, je retourne ma veste

Toujours du bon côté

Je crie vive la révolution

Je crie vive les institutions

Je crie vive les manifestations

Je crie vive la collaboration

Non jamais je ne conteste

Ni revendique ni ne proteste

Je ne sais faire qu'un seul geste

Celui de retourner ma veste, de retourner ma veste

Toujours du bon côté

Je l'ai tellement retournée

Qu'ell' craque de tous côtés

A la prochaine révolution

Je retourn' mon pantalon

Jacques Dutronc

Partager cet article
Repost0